La Confrérie de l\'imaginaire

3 questions à Sarah Bertagna

Interview avec une illustratrice de la féérie talentueuse :

 

Sarah Bertagna

 

 

Laëtitia : Tes dessins représentent essentiellement la figure de la femme. Pourquoi ?

 

Sarah Bertagna : Je dirais que c'est une sorte d'hommage aux femmes de ma famille. Des femmes à la fois fortes et fragiles, que la vie n'a pas toujours gâtées, sans vouloir rentrer dans les détails. Ma mère, partie en Avalon depuis maintes années, a toujours été mon modèle et mon exemple. Elle m'a beaucoup appris, et c'est elle qui m'a transmis cette passion pour l'imaginaire et le dessin. Je lui dois beaucoup!

 

Laëtitia : Peux-tu nous parler de ton projet : Les Chroniques De Dalad'Daïra ?

 

Sarah Bertagna : Les Chroniques de Dalad'Daïra est un univers totalement imaginaire, créé de A à Z. Cela fait plus de dix ans que je travaille sur ce projet personnel. Elles regroupent tout ce qui me passionne, à la fois le Moyen Âge, le paganisme, la féerie, et bien d'autres.

Ceux qui me connaissent bien pourraient dire que c'est une sorte d'autobiographie de mon passé. C'est plus ou moins vrai...

 

Laëtitia :Tu soutiens avec ferveur un organisme : L’APAPE. Peux-tu nous en parler ?

 

Sarah Bertagna : L'APAPE, c'est l'Association de Prévention et d'Actions contre la Pré-Eclampsie. Elle lutte contre cette pathologie grave de la grossesse, qui touche 40 000 femmes par an. Elle est la 1ère cause de décès materno-foetale.

 

C'est une association de patients-usagers et d'experts, mettant en place plusieurs projets:

 

- Sensibilisation des professionnels de la santé

- Aide à la recherche bio-médicale

- Prévention/information envers les patientes-usagers

- Faire respecter leur droit à l'information

- Soutien moral/psychologique envers les victimes, patientes, entourage.

 

Je suis membre d'honneur et coordinatrice pour ma région, depuis sa création en 2010.

J'organise le gala de charité (APAPE) et je réalise de nombreuses illustrations, dont une partie des bénéfices lui est reversée.

 

Pourquoi ? Tout simplement parce que j'ai moi-même fait une éclampsie, à la naissance de ma fille. Une épreuve difficile, traumatisante et qui laisse des séquelles, à la fois physiques et psychologiques. La solitude, la peur, l'incompréhension, la souffrance et la mort... Voilà ce que vivent de trop nombreuses mères, victimes de pré-éclampsie. Il était donc naturel pour moi de rejoindre le combat.

 

Merci Sarah pour avoir répondu à toutes mes questions!

 

Retrouvez Sarah sur sa page facebook officielle , son profil ou encore sa sa page concernant les chroniques de Dalad'Daïra

 

et pour plus d'infos encore, n'hésitez pas à visiter son site internet officiel !

 

Laëtitia

 

 

 

 

 

 



22/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres