La Confrérie de l\'imaginaire

L'Enfant du Cimetière de Pierre Brulhet par Laëtitia

 

Editeur :

Abandonné par une nuit pluvieuse, un bébé grandit parmi les Esprits du cimetière. Il connaîtra dans ce lieu intemporel, l’Amitié et l’Amour. Mais par leur incompréhension et leur cruauté, les "Vivants" voudront le forcer à vivre dans le monde réel, alors qu’une terrible menace plane sur le cimetière.

 

Chronique :

 

L’Enfant du Cimetière est décrit comme un conte gothique.

La couverture réalisée par Cécile Rastouil pour les éditions Juste Pour Lire est très attirante. On y voit les personnages principaux, Yoann et Ora au clair de lune. J’adore le côté capitonné de la couverture quoi qu’un peu « gore ». L’auteur et l’illustratrice se plaisent à jouer avec la symbolique : couleur violette renvoyant au deuil, à la mort ; utilisation du chiffre 7 aux significations magiques, spirituelles…

 

L’histoire est simple : Yoann est abandonné dans un cimetière tout bébé. Il est alors recueilli par les esprits bienveillants habitant le cimetière. Sa vie va basculer lorsque les « Vivants » viendront perturber la tranquillité de ce lieu.

 

On peut au départ se demander comment un enfant, dormant le jour, vivant la nuit, et s’alimentant de ce qu’il trouve au sein du cimetière, a pu vivre autant de temps sans soucis, sans être démasqué par un « vivant ». Seul petit bémol de ce livre.

Cependant, il s’agit là d’un conte pour enfant où la magie veille certainement sur Yoann. Alors, l’adulte trop cartésien s’oublie et se laisse transporter facilement dans le monde de l’auteur sans rechigner sur ces petits détails.

 

On entre dans un lieu qui apparaît étrangement paisible, agréable à vivre. On ne voit plus le cimetière avec nos yeux d’adulte, lieu angoissant, où peine et nostalgie se mêlent tristement. En cela, je remercie vivement Pierre Brulhet pour m’avoir offert une autre vision du cimetière. Un lieu
où perdurent avant tout les âmes de ses habitants – pour peu que l’on soit croyant ou non- un lieu pas si différent du nôtre avec une micro société (un fleuriste, deux maires, un fossoyeur…), avec ses gentils et ses méchants, un lieu finalement rempli de l’histoire de ses occupants. Pierre a su me
réconcilier avec cet endroit et m’a permis de retrouver mon regard d’enfant et non plus d’adulte face à des événements, des endroits qui font partie du cycle de la vie.

 

Les personnages sont attachants, l’écriture est simple et transparente. Cette lecture peut largement convenir aux enfants de 8-12 ans qui trouveront tous les sujets pouvant les préoccuper : amitié, amour, mort, abandon, orphelinat, adoption, magie… et des sujets plus poussés pouvant attirer un lectorat adulte : société régie par l’argent, le pouvoir, personnalités sans scrupules qui perdront contre un monde fantomatique plus solidaire, plus honnête, plus simple…

 

La fin de l’histoire me laisse rêveuse, nostalgique, triste même. Et si tout cela n’était qu’invention ? Non, elle est là. Ils sont là. Cachés dans le cimetière. Qui a dit que les contes n’étaient que des
histoires? Les adultes certainement ! Alors ouvrez bien vos yeux la prochaine fois que vous irez dans un cimetière… Vous pourriez être surpris !

 

Je remercie Pierre Brulhet pour son accessibilité et espère très vite le rencontrer lors de séances de dédicaces !

Je remercie également les éditions Juste Pour Lire.

Merci à Cindy de La Porte des Mondes à Roubaix de m’avoir fait découvrir cet auteur passionnant et une maison d’édition foisonnante en nouveaux auteurs !

L’une de mes prochaines lectures ? Le Manoir aux Esprits, nouveau roman fantastique de Pierre!

 

Laëtitia   



04/02/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres