La Confrérie de l\'imaginaire

Halvick, Philippe : Sans Coeur, Sans Âme. Quid Novi Editions, par MilieWB

Sans Coeur, Sans Ame, Philippe HALVICK

 

 

 

Quatrième de couverture:
Deux chevaliers immortels et invincibles, Halk Vraf Wouitr et
Syghold Vraf Ghuik, se réveillent sur le champ de bataille
entourés par les cadavres de tous leurs frères.
Les deux paladins survivants décident de rentrer porter la
nouvelle de ce funeste et incroyable événement.
Pour tuer un immortel, Halk et Syghold savent qu'il existe un
et un seul moyen, détruire la statuette qui renferme leur coeur.
Or, ils découvrent que le sanctuaire des paladins qui conservait
les effigies a été pillé et détruit. Seules leurs deux figurines
sont manquantes et probablement tombées aux mains
d'inconnus.
Afin d'éviter de subir le même sort que leurs confrères ils
partent à la recherche de leur coeur.
En cours de route ils vont devoir s'associer, pour le pire ou
le meilleur, à une ancienne guerrière maintenue en captivité,
Urld Petrai Jikold, qui elle a perdu son âme !

 

Mon avis:

Coiffé de son haut de forme, un sourire espiègle aux lèvres, Philippe Halvick annonce tout de suite la couleur. C’est un fantasyste !

Avec pas moins de 7 romans déjà parus et plusieurs nouvelles édités, il est en plus prolixe !

Son univers oscille entre fantasy et science-fiction, mais est toujours débordant d’humour. Des enquêtes rythmées, comme dans « Tant qu'il y aura des puces », ou des chevaliers Paladins, réputés monstrueux, qui nous emmènent dans un univers peuplé de créatures irréelles, mais pourtant si proche de ce que sera toujours le monde. C’est par la plume d’un scribe que l’on entre dans le roman « Sans Cœur, Sans Ame ». Un scribe qui relate en quelques lignes au début de chaque chapitre un épisode de l’histoire de ce monde ou un empereur conquérant réussi à vaincre toutes les peuplades ennemies. Les paladins sont d’ailleurs, sans doute, la pire de toute. Chevaliers immortels grâce à un sort, ils sèment le trouble et l’horreur sur leur passage. Sanguinaires, ils sont sans cœur pour de vrai puisque leur organe a été extrait de leur poitrine pour être conservé dans une statuette ensorcelée, leur assurant ainsi une vie éternelle. Mais l’empereur a eu vent de ces statuettes et alors que la bataille gronde, les paladins s’effondrent tous, morts. Sauf deux. C’est l’un de ces deux rescapés qui va nous servir de guide dans la découverte de ce monde, comme dans la découverte de son être. Car formaté par des années de service et d’obéissance, le jeune ralf ne sait pas ce qui l’attend. Au fil des pages se dessine son libre-arbitre, guidé en cela par un « frère » plus âgé et pétri d’humour.

La double narration, est en fait très instructive pour le lecteur. Elle permet de découvrir les nouvelles fraîches du monde en général, à la manière d’une gazette politiquement positionnée vers la grâce de l’empereur, mais aussi et surtout de se fondre dans la population pour sentir l’ambiance et se faire sa propre opinion. Il est vrai qu’on a beau nous le décrire comme un guerrier à l’épée assoiffée de sang, on ne peut s’empêcher de prendre en sympathie ce paladin perdu qui découvre peu à peu son humanité. Luttant entre cœur et raison, il finit même par pencher dangereusement du côté des émotions lorsqu’il recueille une guerrière pourtant ennemie qui a perdu son âme. Ces deux éclopés de la vie vont alors faire l’expérience la plus dangereuse de leur existence. Les sentiments. Rage, haine, partage, amitié et même pire, ce qui leur a toujours été interdit éclate et vient brouiller leur vision fragile. Le bien et le mal deviennent alors des notions interdépendantes, qui ne sont plus figées dans leur croyance, mais assujetties à leur ressentir.

Philippe Halvick a une manière profonde et agréable de décrire les choses, ses mots sont simples et touchants, remplis de répliques qui prêtent à sourire, de scènes promptes à émouvoir. Il a créé un monde très différent de celui que nous connaissons, peuplé de créatures légendaires, des trolls aux dragons, avec une influence germanique pour les noms des paladins, et une influence à mon sens romaine pour l’empereur et son armée. C’est sans doute aussi cet aspect des choses qui nous fait rapprocher ce récit fantasy du vrai monde car on y lit, au-delà des lignes, une révision historique pointue, la manipulation des « gentils », l’humanité de certains monstres, la corruption… Philippe Halvick l’a bien compris, gentil n’a qu’un œil et l’Empereur n’est pas un cyclope, les soldats germaniques que l’on nomme paladins sont présentés comme des ignominies de la nature, et nous en rapellent d’autres, mais en réalité le roman nous fait découvrir que sous la réputation d’un groupe, il y a l’individu.

Le roman de Philippe Halvick est une plongée délicieuse dans l’univers que la couverture illustre si bien. C’est un plaisir à lire ou à interpréter, et surtout, un style à découvrir.


Catégorie : Heroic-Fantasy
     Quid Novi Editions : Juin 2009
     ISBN : 2-9522586-6-X
     296 pages
     19 euros
http://livre.fnac.com/a2715316/Philippe-Halvick-Sans-coeur-sans-ame

 

 

 

Par MilieWB 



19/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres